Le jour où tu as enfin compris ce que tu devais faire,

et que tu t’y es mise,

malgré les voix autour de toi qui ne cessaient de hurler leurs mauvais avis…

Malgré la maison toute entière qui commençait à trembler,

malgré cette force ancienne qui te retenait par les chevilles.

« Raccommode ma vie! »

…. criait chaque voix

Tu ne t’es pas arrêtée.


Tu savais ce que tu devais faire, même si le vent s’attaquait de ses doigts gelés aux fondations de ton être, et que leur mélancolie fût terrible.

Il était déjà bien assez tard,

la nuit était farouche,

la route pleine de branches tombées et de pierres.

Mais peu à peu, alors que tu laissais les voix derrière toi,

les étoiles se sont mises à brûler à travers les épaisseurs du ciel,

Et il y a eu une voix nouvelle, que, lentement, tu as reconnue pour tienne,

et qui t’a tenue compagnie tandis que tu t’enfonçais plus avant dans le monde,

décidée à faire la seule chose que tu pouvais faire,

décidée à sauver la seule vie que tu pouvais sauver.”

“Le voyage”. Mary Oliver