Le bien-être : une question d’attention et de focus

Vous avez sans doute expérimenté des moments de profond bien-être.

Des moments de plaisir, où vous vous êtes senti relié à la vie et aux autres.

Des instants tout simples parfois…
Comme la sensation su soleil et du vent sur votre peau, la saveur délicate d’une pâtisserie préparée avec affection, un sourire complice échangé, un éclat de rire spontané, la satisfaction d’une balade vivifiante en vélo,
une douce caresse furtive …

La vie est souvent généreuse si nous savons regarder … et nous souvenir.

Nous pouvons avoir des activités épanouissantes et stimulantes, ou des amis fidèles, ou bien encore une famille soudée ou une santé florissante .. et même tout ça à
 la fois !

Mais si nous ne voyons rien, si nous sommes inattentifs, distraits, ailleurs … alors le train-train quotidien peut fausser notre regard.

Notre vie peut nous laisser un goût d’inachevé, voire même de frustration.

Si bien que, lorsque le destin tourne casaque et devient capricieux, nous pleurons sur ce que nous n’avons pas su savourer le présent à sa juste valeur.
Le goût de miel devient un goût de cendre.

L’être humain s’habitue au positif. C’est dans sa nature.

Il se focalise facilement sur ce qui ne va pas. Sur ce qui manque. Sur ce qui lui fait peur.
Souvent, lorsque le plaisir est présent au quotidien, il perd de sa force.
On s’habitue. On s’accoutume.

Il nous en faut toujours plus.

Toujours plus de plaisir, ou des plaisirs plus forts ou différents.
C’est une drogue. Une addiction. C’est ce qui fait le moteur de la société d’hyper-consommation.

En Psychologie positive, nous appelons ça l’habituation hédonique.

Que nos vies soient pleines, que nos souhaits soient comblés, cela ne suffit pas toujours à notre bonheur conscient.
C’est d’ailleurs frappant chez les personnes déprimées, qui entendent souvent cette phrase affreuse « Mais tu as tout pour être heureux ! »

Oui, on peut avoir tout, « objectivement » pour être heureux, et ne pas l’être au fond de son cœur.
Certaines personnes semblent incapables de ressentir un plaisir profond.
D’autres sont frustrées, à la recherche « d’autre chose ».
D’autres encore sont anxieuses pour l’avenir ou en colère contre le passé.
Parfois cela peut être une bonne chose, car cet inconfort peut nous pousser à nous dépasser, à nous
surpasser.
Mais le plus souvent c’est de l’énergie gâchée, mal orientée.

Le bonheur, c’est aussi tout simplement savoir vivre « à la bonne heure », dans le présent.

Voir, réellement VOIR ce qui est déjà beau, agréable, équilibré, constructif … apprécier les aspects
positifs de nos jours.
Prendre plaisir. Etre content.
Ressentir de la gratitude.
Savourer ce qui est là .. ce que nous avons reçu, fait ou accompli.

Un exercice simple pour terminer la journée sur une note constructive

Je vous propose ce grand classique de la psychologie positive : avant d’aller dormir, notez dans votre cahier “Euréka”, trois bonnes choses qui vous sont arrivées dans la journée.
Pourquoi un cahier ? Pour en garder la trace de longs mois durant et y revenir à volonté !

Ce cahier peut aussi contenir vos fiertés, votre pépites  .. et l’ensemble des exercices que je vous propose au fil de ce blog.