Instaurez des relations constructives et améliorez l’engagement de vos collaborateurs en donnant du feedback positif .

Le journal le Télégramme me fait le plaisir de me citer à propos de l’art de faire des compliments, autrement dit de donner du feedback positif.

J’apporte une nuance toutefois au titre utilisé pour l’article: complimenter, ce n’est pas synonyme de flatter. La flatterie est du registre de la manipulation et elle est bien souvent contre-productive.

(Lire l’article du Télégramme : journee-du-compliment-conseils-de-coach )

Les 5  caractéristiques d’un feedback efficace (et comment trouver le bon compliment à faire à un collaborateur):

Pour avoir un impact réel et positif sur la relation et sur la motivation, votre compliment doit-être :

  • Sincère
  • Positif
  • Constructif
  • Axé sur l’effort et l’intention (en se détachant éventuellement du résultat)
  • Argumenté (motivé)

Si votre retour sur expérience rempli ses critères, alors la personne qui le reçoit est comblée dans ses besoins psychologiques de base. Elle se sent reconnue pour ce qu’elle est vraiment, pour sa compétence, pour ses efforts et prise en compte. C’est une reconnaissance de sa valeur et de sa compétence. Vous démontrez ainsi que vous savez donner du temps et de l’attention. Vous renforcez la relation de confiance et donc, l’engagement.

Dans cette vidéo, je vous indique les pièges à éviter dans vos compliments et observations… et je vous donne la clé magique pour faire un compliment réellement fécond pour vous et pour la personne qui le reçoit … ainsi que pour le collectif !

Avec cet indice : posez-vous la question :”A quel moment ai-je vu ce collaborateur apporter une contribution significative à l’entreprise par son action ou son état d’esprit ?”

Construisez votre compliment à partir des qualités de la personne : sa patience, sa gentillesse, sa détermination, son sens de l’humour …

Ou bien axez vos remarques sur l’engagement et la manière de surmonter les difficultés et d’aller de l’avant. Mettez en évidence les progressions, les cheminements … en évitant le paternalisme en donnant des exemples !

Ne perdez pas de vue votre langage non-verbal : regard, posture du corps …

Veillez à avoir du temps devant vous pour engager une conversation plus poussée si votre interlocuteur le souhaite (parfois les langues se délient au moment où nous ne le prévoyons pas )

Et enfin : restez attentif aux signes de malaise chez votre interlocuteur et interrogez vous sur les causes possibles de cet inconfort, ce qui vous permettra de réagir et de préserver la relation.

Antisèche sur quelques besoins psychologiques de base :

  • Sentiment de compétence et de maitrise de l’environnement,
  • Relations positives aux autres,
  • Acceptation de soi,
  • Foi en sa capacité de croissance personnelle et de développer son potentiel.