La signature de votre caractère

Cela, personne ne peut vous le prendre !

Dans cette vidéo je vous explique ce qu’est une force-signature,

Comment une “force de caractère” peut être parfois ce que l’on considère socialement comme une faiblesse.

Et comment vous pouvez vous appuyer dessus pour avancer.

Rien, ni personne ne peut vous prendre cela

Votre vie est-elle basée sur vos forces ?

Dans cette vidéo, j’aborde le danger que vous courrez si vous n’avez pas fait un travail sur vous pour être indépendant.
Comment le fait de dépendre des autres vous met en danger face aux aléas de la vie.

Voilà pourquoi il est indispensable d’avoir vos propres buts et objectifs dans la vie.

RIEN, NI PERSONNE NE PEUT VOUS PRENDRE :

– Vos forces de caractère
– Vos talents
– Vos compétences

Voilà pourquoi il est indispensable de travailler dessus.

Quelles sont vos forces de caractère ?

Comment savoir quelles sont vos qualités ?

Si vous avez 15 minutes à me consacrer pour un exercice, je vous promets que vous ne vous regarderez plus jamais comme avant !

(Et après ça, je ne veux plus entendre cette phrase « Je suis trop sensible », ni celle-là : « je suis trop émotif» 😉 )

Je vais vous aider à trouver ce qu’il y a de fort et de beau en vous !

Et je vais me battre pour vous empêcher de penser que vous avez d’énormes défauts !

Le système scolaire a pu vous conditionner à voir surtout vos points faibles.
Et vos parents, dans un souci de bien faire, on pu vouloir vous «guérir» de vos fragilités.
Quant aux psys, ils sont axés eux aussi sur «ce qui ne va pas»…

… mauvais climat pour l’estime de soi …

Mais avant de vous expliquer cet exercice tout simple, je dois d’abord vous avouer un truc: j’ai la manie de défendre mes coachés !

Je leur dit toujours «Je suis votre avocate ! »

Donc si vous avez l’habitude de vous adresser des reproches, je vais vous convaincre au fil des mois que vous avez tort 😉

(Même si vous n’êtes pas un de mes coachés, pour moi c’est tout comme, car vous me lisez en confiance.)

Le reproche que mes clients se font le plus souvent c’est « JE SUIS TROP SENSIBLE », et l’autre « JE SUIS TROP ÉMOTIF »

 

Comment ces superbes qualités peuvent vous apparaître aujourd’hui comme des tares ?

En tant qu’avocate, laissez-moi vous dire ceci, et gravez-le sur votre frigo !

(Par ces jours de canicule, vous le verrez souvent 😉 )

Vous avez les défauts de vos qualités !

Toute médaille à son revers !

Vous me suivez ??

Toute qualité peut être considérée comme une faiblesse sous un certain angle.
Toute faiblesse peut être considérée comme une qualité sous un certain angle.

Vous dites par exemple que vous êtes trop sensible ?

C’est que vous ne voyez pas la beauté de cette sensibilité !
La sensibilité, c’est la capacité à ressentir des impressions. De façon très fine.

La sensibilité est une question de cœur. D’humanité. Comment pourrait-on se considérer comme trop humain ?

Etre sensible, c’est recevoir l’autre.
C’est être ouvert à l’autre. Se laisser imprégner, communiquer ….

Vous voyez la beauté de la sensibilité ?

Maintenant je comprends que cette qualité peux être inconfortable par moments.

Mais est-ce qu’elle n’est pas inconfortable surtout parce que vous la refusez ?
Parce que vous la redoutez ?

 

Et vos forces de caractère, alors ?

Voilà comment nous allons découvrir vos vraies qualités:
Ou du moins quelques unes, car cet exercice ne fait pas le tour de la question ..

 

Prenez une feuille et un crayon. Isolez-vous. Et écrivez …..

Ecrivez un épisode de votre vie qui vous a marqué, dont le souvenir est vif dans votre mémoire.

Revivez-le.

Que c’est -il passé ? Quelles étaient les circonstances ? Quelles émotions avez-vous ressenti ?
Qu’avez-vous pensé sur le moment ? Et un peu plus tard, comment avez-vous fait face à cet événement ? Comment avez-vous réagit ? Avez-vous dû prendre des mesures ? Vous mettre en action ? Qu’avez-vous fait ? Y a t-il eu des conséquences ? Lesquels ? Et à ce moment-là, qu’avez-vous fait ? ….

Ecrivez. Ne vous censurez pas. Même si vous êtes très émue …

Vous avez raconté ?

Très bien !
Maintenant, relisez-vous.

Et notez toutes les qualités dont vous avez fait preuve lors de cet épisode de votre vie.

Etiez-vous consciente d’avoir toutes ces qualités ? Ces forces de caractère ?

Quelles leçons tirez-vous de cet exercice ?
Quels enseignements ?

Notez-les.

 

L’écriture est un magnifique outil pour votre épanouissement personnel, pour vos prises de conscience.

Je recommande à toutes mes clientes de tenir un carnet personnel.

Faites-le. Et gardez chaque exercice que nous faisons ensemble.
Vous verrez ainsi votre progression.

Bel été à vous.

Sylvie.

Les femmes dépriment plus que les hommes

Pourquoi les femmes dépriment plus que les hommes

… et comment il est réellement possible d’en sortir.

(Et aussi 2 ou 3 choses à savoir sur le stress que l’on ne vous dit pas)

Les femmes dépriment plus que les hommes. 
C’est un fait.
Et c’est vrai pour tous les pays du monde, sans exception.
Je sais que cela va faire bondir certains (ou certaines) derrière leur écrans: mais oui, c’est indéniable, il y a des différences entre les sexes et entre les genres.
Toutes les études le prouvent.

Comme toujours, je veux être bien claire: ce que j’affirme ne sort pas d’une conversation avec ma concierge (d’ailleurs je n’ai pas de concierge), ou d’infos glanées au café du coin (Il n’y a pas non plus de café du coin par ici 🙂 )

Pas plus d’ailleurs que de la statistique au doigt mouillé…. OK ???? Parfait !

Ceci étant fermement dit, revenons à nos brebis …

Pourquoi les femmes dépriment-elles plus que les hommes ?
Il y a d’abord des différences biologiques qui expliquent cette différence entre les sexes.

Notamment hormonales.
De plus, les femmes sont souvent plus stressées que les hommes.

Et hommes et femmes ne souffrent pas du stress pour les mêmes raisons.

Selon plusieurs études, les hommes (en général) réagissent mal au divorce, à la séparation, et aux difficultés au travail.
Les femmes, elles, sont plus sensibles aux deuils (Y compris dans l’entourage large) , aux conflits, aux maladies graves.

La femme souffre de ses liens, de ses relations.

La femme souffre d’être trop reliée. Ou trop peu. Ou mal.
Son rôle et son réseau social proche.
Voilà ce qui amène du stress dans la vie d’une femme.

Typiquement: les relations amoureuses, l’éducation des enfants et le rôle de mère.

De plus, les femmes ne réagissent pas de la même façon que les hommes devant les situations stressantes.
Cela ressemble à un lieu commun, à une image d’Epinal à deux francs six sous, et j’en suis désolée, mais la vérité et là:

Face au stress, les femmes ruminent.
Et les hommes agissent (Quitte à ce que se soit en mettant un bourre-pif au voisin) Et se distraient aussi… ils pensent à autre chose…

Les femmes sur-réfléchissent.
Elles tournent éternellement la situation dans leur tête.
Elle agitent des pensées négatives.
Bien sûr, ce n’est pas homogène.
Ce n’est pas gravé dans le marbre.

Rien n’est jamais gravé dans le marbre en matière humaine.

Et ceux qui vous disent le contraire sont des dogmatiques et/ou des vendeurs de …
Mais passons …

Oui, certaines femmes agissent et certains hommes ruminent…

Mais il y a une tendance statistique significative.
En terme psy, c’est ce qu’on appelle les styles de réponse (RST).
Et le style de réponse est extrêmement stable.
Quand une personne adopte un «style», elle s’y tient.

Hélas …..

Voilà comment, à partir de l’adolescence, les femmes sont deux fois plus susceptibles que les hommes de souffrir de dépression. (Dans tout les pays et dans tout les milieux !

J’en ai MARRE d’entendre que la dépression est un luxe de riche qui s’écoute !)

La dépression chez la femme est plus sévère.
 Les risques de rechute sont plus grands.
Le risque de dépression chronique est plus élevé.
La dépression est plus précoce.
Les tentatives de suicides sont plus fréquentes (Mais la mortalité est supérieure chez l’homme)

C’est sombre ?
En un sens oui.
En un sens non.

Comme je dis toujours à mes clientes (Je radote beaucoup, elles vous le diront 🙂 )

Toute médaille a un revers. On ne peut pas regarder un seul aspect (L’aspect noir)

Alors pourquoi et comment ces infos peuvent-elles être positives ?
Sur la cause biologique (les hormones) nous pouvons agir.
Et surtout agir naturellement.

Je ne cesse de le dire et de le l’écrire (ôde au radotage ! ) : l’exercice physique, l’alimentation, le sommeil et les émotions positives influent sur nos hormones. Et vice de Versailles.

Sur les styles de réponses, nous pouvons agir aussi.
Evidemment.

Il n’y a pas de fatalité à la «rumination».
Comme toujours, face aux difficultés, c’est une question de stratégie !

Il faut agir sur trois plans:
• Les comportements,
• Les cognitions,
• Les émotions.

Il est possible de mettre sur pied un plan d’action efficace, qui aura des effets rapides et concrets.
L’essentiel est de ne pas attendre trop longtemps !
Plus vous restez dans la zone grise de la déprime, plus cela va «s’enkyster», et plus il sera difficile d’en sortir.
Et plus votre déprime sera difficile à gérer pour vos proches.

Vous trouverez des pistes pour sortir du stress dans cette conférence.

Et dans celle-ci “Petits bourdons et grosse déprime. En sortir ! “
Et beaucoup d’exercices présents sur mon site peuvent vous aider à faire un premier pas, à trouver un premier succès, qui va vous encourager à aller plus loin.

Y compris si besoin, à m’appeler pour une cession de clarification.

Bel été à tous !

 

Expérience optimale pour booster votre plaisir de vivre

Moral un peu tristounet ces temps-ci ?

Essayez cette expérience …

Celle de Cézanne devant un tableau,
De Rafael Nadal sur un court,
D’Arsène Lupin quand il se glisse devant un coffre-fort 🙂

L’expérience de « flow ».

Le « flow » un terme de psychologie positive.
C’est l’état mental d’une personne complètement plongée dans une activité.
Le «Flow», un moment intense fait de concentration, de plein engagement et de satisfaction dans son accomplissement.

 

L’expérience optimale c’est ce moment où nous sommes tellement plongés dans une activité que nous oublions tout !

Nous oublions l’heure, nous oublions de manger, nous oublions nos petites douleurs physiques …
C’est une immersion.
Nous sommes plongés dans l’action.
Nous sommes concentrés sur nos gestes.
Le temps semble déformé.

Vous voyez Picasso créant ses « montres molles » ?
Patrick Bruel en pleine partie de poker ?

C’est ça le flow !

Une intense fluidité dans l’action.
Une maitrise venue de la pratique.
Un défi à soi-même que l’on sait accessible.

Le flow se trouve dans un juste milieu, quelque part entre l’ennui d’une activité trop facile, et le découragement d’un activité trop difficile.

Un état qui mélange intense concentration et oubli de soi.
Un moment où l’action semble passer à travers nous. Notre corps semble agir tout seul.
Où nous sentons à la fois intensément l’action du moment et le coup d’après…

Nous pouvons tout à fait vivre ces moments «d’expérience optimale»  au travail.
A l’instant pour moi, dans l’écriture de cet article, qui est un défi modéré: je dois écrire dans un temps limité, un contenu informatif mais pas barbant 🙂
C’est amusant et ça demande de la concentration.

 

Souvent, la façon la plus courante de mettre des moments de « flow » dans votre vie est d’avoir un passe-temps, un hobby.
Ou de renouer avec un violon d’Ingres ancien.

 

Il n’est jamais trop tard pour se découvrir une passion !
Et pour s’y consacrer !

Si vous manquez d’idée, jetez juste un coup d’oeil au rayon « loisirs » de votre kiosque à journaux….

Du plus simple au plus insolite …

Lecture, scrapbooking, crochet, aquarelle, motos anciennes, cheval, modélisme, photo, cuisine, drones, bricolage, cosplay, musique, foot, jardinage …. les possibilités sont infinies !

Pour ma part, je suis une dévoreuse de livres… des essais surtout .. Et des livres ou émissions de philo… et de tout ce qui se rapporte de près ou de loin aux sciences humaines … Je couds (mal), je tricote aussi, et je crochète un peu… je fais des bijoux (une ou deux fois par an, mais j’ai quand même un joli stock de perles 🙂 )

Quel que soit le loisir que vous choisirez, rappelez-vous bien que pour en tirer profit en terme de bonheur, il faut que ce hobby représente un petit défi pour vous.

Et que cela vous passionne vraiment.

C’est la condition pour rencontrer cette expérience du « flow »

Si vous faites un loisir juste pour vous occuper, cela ne vous apportera aucun bénéfice !
Au contraire !
Vous vous sentirez encore plus vide, en ayant l’impression d’avoir perdu votre temps.

Vous vous demandez pourquoi cette expérience de Flow améliore les niveaux de bonheur ?

Pour trois raisons :

Premièrement, ils sont intrinsèquement agréables.

Ensuite, nous devenons plus charismatique et sympathique quand nous vivons ces instants. Nous rayonnons d’intensité, de plaisir, de passion, d’intérêt…

Et enfin, ces expériences nous aident à progresser vers la maîtrise d’une discipline.
Et parce que flux nous mène à la maîtrise, il améliore non seulement les niveaux de bonheur, mais il améliore aussi nos chances de succès.
Parce que la meilleure façon de réussir quelque chose est de le maîtriser, de le pratiquer, de s’y consacrer.

C’est donc un merveilleux « booster » d’estime de soi.

Maintenant à vous de jouer.

L’argent fait (parfois) le bonheur. Et pas besoin d’en avoir beaucoup !

OUI, l’argent fait le bonheur (à certaines conditions!)

ET BONNE NOUVELLE: pas besoin d’en avoir beaucoup !

(Je vous propose un test pour vérifier ça par vous même !)
Parler d’argent dans un pays aussi énervé que le nôtre, qui plus est un lundi scandaleusement gris au Nord de la Loire … pas très prudent tout ça….je vais encore me faire conspuer par les énervés du prêt-à-penser….  🙂

Vous avez remarqué ?

L’argent n’est pas en odeur de sainteté (L’argent des autres, hein…. parce que question « Money », c’est un peu la vieille histoire de la paille et de la poutre …)

Rares sont les personnes capables de “parler sous” calmement…

Et nous ?
Si on regardait un peu plus loin que les clichés, les dogmes, et les croyances ?

Quel rapport entre bonheur et argent ?

(Selon la science)

…. Un rapport assez étroit, du moins jusqu’à un certain niveau de revenu….

Ce qui n’a rien d’étonnant, puisque le fait d’avoir des revenus confortables nous permet (Potentiellement) d’acquérir l’essentiel et le superflu… Confort ou luxe … Position sociale… Loisirs… Liberté … emploi du temps plus épanouissant… meilleur accès à la santé et à l’alimentation… Sécurité… Autonomie… Maîtrise de notre vie…
(Il y a des exceptions bien entendu. Pas question de généraliser, et de mettre dans le même panier à salade, un moine bouddhiste et un trader londonien)

L’argent fait le bonheur jusqu’à un certain point

(Après ça, je vous livre mes astuces, promis!)
                        …. 4 900 € par mois
Au-delà de cette somme, une augmentation de revenu n’amène pas plus de bonheur, ni un soulagement du malheur ou du stress.
Mais cet argent renforce néanmoins le sentiment d’avoir réussi sa vie, même s’il ne rend pas plus heureux.
D’où sort ce chiffre ? D’une étude de Daniel Kahneman, Prix Nobel d’économie.
Selon lui, 4 900 € par mois, c’est le seuil au-delà duquel d’avantage d’argent n’améliore pas notre capacité à faire ce qui compte le plus pour nous…
… Pour notre bien-être émotionnel…. comme passer du temps avec ceux qui leur sont chers, profiter de nos loisirs, découvrir, apprendre …

Alors comment utiliser l’argent pour être heureux ?

En le dépensant « bien » (Je veux dire par là, de façon « habile »)

Il y a deux façons de dépenser de l’argent : dépenser pour POSSÉDER et dépenser pour AGIR.

Dépenser pour posséder ….

…. c’est un peu le 1er étage de la fusée….

… les 1eres strates des besoins selon la Pyramide de Maslow.
….Se loger, se vêtir, se nourrir, se mettre en sécurité, appartenir à un groupe (Oui, l’argent sert aussi à ça ! ) …

Et la dépense « pour posséder » recèle pas mal de pièges.

L’erreur à ne pas faire: le « toujours plus d’argent pour toujours plus de biens ».

….C’est la recherche du bonheur « Hédoniste ».
Chacun sent bien que les sensations positives venues de l’achat d’objets sont terriblement fugaces.
C’est une course sans fin…
A peine possédons-nous le dernier objet à la mode qu’il nous faut le suivant…

Dépenser pour agir….

… c’est le niveau le plus élevé, le niveau supérieur

… et c’est là que se trouve le vrai potentiel du développement personnel !

Car ce sont les EXPÉRIENCES et non pas les choses qui nous rendent heureux !!

Et bonne nouvelle…. beaucoup d’expériences positives sont gratuites ! (Ou ne coûtent presque rien)
… un coup de fil, une promenade entre amis, une après-midi au soleil, une partie de pétanque…

La différence entre dépenser pour posséder et dépenser pour agir ?

  …. Le sens !

…. C’est la recherche du bonheur «Eudémoniste».

Des chercheurs ont montré que les sommes consacrées à des moments entre amis apportent bien plus de satisfaction et de plaisir que des achats matériels (Nouvelles chaussures, Télé ou montres hors de prix…)

Dépenser pour les autres rend heureux !

Inviter un ami à diner, faire un cadeau à sa petite sœur, faire un don à une asso … plusieurs études montrent que consacrer un peu de son argent au bénéfice d’autrui rend plus heureux que dépenser pour soi. (Sans doute parce que cela renforce le lien social et l’estime de soi )

Vous voulez vérifier ?

Hop !! Travaux pratiques  😉

Prenez une feuille, et partagez la en deux colonnes.
Notez vos achats des 2 dernières semaines, puis continuez ensuite sur les deux semaines à venir.

Dépensez-vous davantage en objets ou en expériences ?
(Il est parfois difficile de distinguer les deux. Par exemple, un jeu de société est à la fois un objet et une source d’expérience.)

A la fin des deux prochaines semaines, regardez vos deux colonnes, et réfléchissez au plaisir que vous ont apporté vos dépenses.
Et combien de temps ce plaisir a duré.
Et de quelle qualité était ce plaisir.
Comment pourriez-vous modifier vos habitudes pour que chaque somme dépensée ait un sens ?
Pouvez-vous redistribuer vos revenus entre la colonne « Avoir » et la colonne « Agir » ?