Marcher du côté ensoleillé de la vie

Retrouver l’envie de vivre.

Ce matin encore, vous vous êtes forcé pour sortir du lit.

Il faut dire que vous vous êtes couché très tard, et que vous avez ruminé une bonne partie de la nuit.
Vous avez ruminé vos erreurs, vous avez tourné en boucle en pensant à votre entourage qui ne vous aime pas assez, et vous avez élaboré des scénarios catastrophes sur votre vie, qui est foutue. Et vous pensez que c’est votre faute et que ça sert à rien de tenter quoi que ce soit.

Vous vous sentez transparent, absent.

Pour cette journée, vous n’avez pas de projet, rien de prévu, rien de programmé. Vous savez que vous allez rester à la maison

Probablement, vous allez passer d’une activité à l’autre sans en avoir vraiment envie.

De toute façon vous vous sentez à plat.

Peut-être que vous allez surfer pas mal, aller sur les réseaux sociaux.
Si vous retrouvez une étincelle de dynamisme, vous passerez peut-être un coup de fil à une copine, elle vous proposera peut-être d’aller boire un verre et vous trouverez un prétexte pour ne pas y aller.

Du coup, vous n’allez pas la rappeler tout de suite, parce que vous avez un peu mauvaise conscience. Et puis aussi parce que vous n’avez pas envie de vous chercher des excuses, et que vous voulez juste rester tranquille chez vous.
En fait vous zonez un peu dans la maison.
Vous faites des trucs machinalement. Ça ne vous apporte pas de plaisir, mais ça vous occupe.
De toute façon vous vous sentez fatiguée, épuisée.

Vous n’avez plus goût à rien. Vous n’avez pas envie de faire des projets. Vous n’avez pas de force.

Vous vivez au ralenti.

En vérité, vous vous sentez à peu près aussi dynamique qu’une serpillière.

Et à peu près aussi repoussante… Vous ne vous aimez pas, ou vous ne vous aimez plus.

Vous sentez que votre vie vous échappe.

Et peut-être même que parfois, vous avez même envie de vous punir d’être aussi nul(le).

Vous marchez du côté obscur de la vie.

Pourtant, avant, vous n’étiez pas comme ça.

Avant vous aviez des projets, vous aviez des amis, des fréquentations.
Avant on disait de vous que vous aviez du caractère, et vous étiez toujours partante pour rire et sourire.

Vous profitiez de la vie avec vos enfants, vos amis, vos collègues..

D’ailleurs vos amis, vos enfants ne comprennent pas bien ce qui vous arrive.

Ils ont gardé de vous l’image d’une personne qui marche du côté ensoleillé de la vie.

Alors ils vous disent que vous êtes forte, que vous allez vous sortir de cette déprime, que ça ira mieux demain, et même peut-être ils vous disent que vous avez tout pour être heureuse.

Oui, mais voilà, vous n’êtes pas heureuse. Vous vous sentez même mal comme un chien errant.
Vous n’êtes pas heureuse et vous vous avez honte de vous.

Vous vous engueulez, vous vous insultez… et ça ne change rien …

Vous êtes même encore plus mal …

Qu’est-ce qui vous arrive ?

Comment êtes-vous passé du côté ensoleillé de la vie, au côté sombre et déprimé ?

Peut-être un trop plein de fatigue,
peut-être un trop plein de déceptions,

Une perte, une rupture, un choc … peut-être même plusieurs déceptions, plusieurs échecs qui vous ont mis à plat, à genoux.

En fait, la vie vous a appris à déprimer !

Par suite de trop de chocs, vous avez perdu votre capacité à faire face, à inventer, à vivre…

Ce que je veux vous dire aujourd’hui, si vous vous reconnaissez dans ce portrait approximatif, hybride, c’est que si la vie vous a “appris”  à déprimer, c’est ce qu’on appelle “l’impuissance apprise” (ou résignation acquise). Et vous pouvez aussi ré-apprendre à savourer la vie.

 

le TOP 50 des OUTILS DU BONHEUR, épisode 1

le TOP 50 des OUTILS DU BONHEUR !

1er épisode !! Aujourd’hui :

“COMMENT TOUJOURS TERMINER LA JOURNÉE SUR UNE NOTE POSITIVE.”

Je vous propose un nouveau rdv: chaque mercredi nous passerons en revue UN outil pour mettre du bonheur et de la joie dans votre vie.

Le défi pour vous sera de mettre cet outil en pratique !

De transformer votre vie en intégrant de nouvelles manières de faire, en prenant des habitudes positives.

 

Pour en savoir plus sur l’outil que j’évoque aujourd’hui, je vous invite à aller là : http://www.sold.areiner.fr//les-accelerateurs-de-bonheur/

POUR RECEVOIR LES AUTRES ÉPISODES DU TOP 50 DES OUTILS DU BONHEUR, INSCRIVEZ-VOUS SUR MON CARNET D’ADRESSE ICI : http://www.sold.areiner.fr//contact/

Faites-vous cette erreur qui vous bloque dans le passé ?

Chercher des explications : la grande erreur qui vous bloque dans le passé.

Vous vous débattez avec une blessure affective. Vous cherchez la paix intérieure.
Mais malgré vos efforts, vous ne parvenez pas à vous libérer du passé, de votre rancune, de votre ressentiment, de vos regrets, de vos reproches.

De votre COLÈRE !

Votre énergie s’évapore en vaines ruminations.

Vous êtes comme ligoté à ce qui vous a fait du mal… il y a un mois, un an, 10 ans.
Vous sentez que vous vous enfoncez dans les marécages négatifs, et que vos tentatives pour en sortir, au lieu de vous faire du bien, vous font encore plus de mal, parce que ça ne marche pas et que vous perdez espoir.

Peut-être que vous vous demandez si ça finira un jour, cette souffrance.

Vous avez trop d’émotions en vous: de la colère, de l’agressivité, de la peur, une pointe de culpabilité et surtout, surtout, un infini désordre intérieur.
Vous avez perdu votre amour-propre, votre estime de vous, et vous ne croyez plus en votre avenir.

Les ruminations vous mènent au bord de la dépression.

Vous vous sentez à la fois abattu, épuisé et paradoxalement toute prêt à exploser de frustration !

Vous savez que vous avez besoin de solder ce passé pour aller de l’avant, et vous vous demandez comment faire.
Peut-être avez vous consulté un professionnel qui vous a encouragé à revivre ce passé, mais ça ne vous a pas soulagé.
Et c’est normal !

 

La plupart des professionnels cherchent des explications, des interprétations… ils vous invitent à revivre le passé en cherchant des causes, parfois en cherchant des coupables.
Mais ça ne sert à rien  !
Vous n’allez pas vous libérer du passé en replongeant une fois, 10 fois, 50 fois, 100 fois dans ce même passé douloureux !

C’est fou de faire ça ! C’est fou de gratter sansn cesse une plaie qui démange ! Ça n’a aucun sens !

Ça ne fait qu’entretenir la souffrance !!
Votre but est la libération.

Vous voulez vous libérer du passé.

Vous libérer de ce fardeau.
Comprenez bien que la 1ere chose à faire et de cesser de vouloir comprendre le passé, en distribuant des explications, des évaluations, des interprétations, en cherchant des coupables.

Vous ne trouverez jamais la réponse à votre POURQUOI. Vous vous perdrez en suppositions gratuites qui ne vous apportent rien !

Vous ne trouverez JAMAIS de véritable explication aux comportements des autres.

Pourquoi il a fait ci ou ça. Pourquoi elle ne m’a pas soutenue. Pourquoi il ou elle ne m’a pas aimée. Pourquoi personne n’est venu à mon secours.
Vous n’aurez JAMAIS de réponse à ces questions. Jamais de vraies réponses.

Pour des centaines de raisons.

Parce que vous ne pouvez pas vous mettre à la place de l’autre pour essayer de le comprendre,
La personne impliquée elle-même, était peut-être incapable de dire pourquoi elle a agit comme ci ou comme ça. Sur le moment même, alors  … vous pensez bien des années après, c’est de la science fiction !

Reconnaissons nous même que nous ne savons pas toujours pourquoi nous agissons comme nous agissons. Nous ne sommes pas des êtres rationnels. Nous “sommes agis” si j’ose dire, bien plus souvent que nous agissons. Cela passe à travers nous. Malgré nous.

(Pour avoir des explications scientifiques à ce phénomène, je vous invite à lire le neurobiologiste Antonio Damasio “L’erreur de Descartes”, “Le sentiment même de soi”, “Spinoza avait raison”.)

Nos propres comportements nous restent largement mystérieux.

Alors comment penser que nous pouvons trouver un POURQUOI au comportement des autres.
C’est une illusion. C’est de l’orgueil.

Non seulement il n’y a pas d’explications vraies, mais aucune explication d’aucune sorte ne peut vous aider à vous sentir mieux.

Admettre que vous n’aurez JAMAIS d’explications, c’est votre 1er pas à faire sur le chemin qui va vous permettre de vous couper de ce passé douloureux. C’est un nécessaire lâcher-prise.

Le secon pas sera de pardonner. Pour vous, pas pour l’autre …