Astuces pour les jours “sans”

Astuces pour les jours “sans”

3 astuces pour les jours où vous êtes à plat, en panne de motivation !

Testez !

1) Tournez vous vers les autres et faites un acte de gentillesse (ça marche parce que vous vous décentrez de votre nombril et ça augmente l’estime de soi) Par exemple :

• Tenir la porte à des inconnus
• Laisser votre place dans les files d’attente
• Faire un compliment
• Sourire aux caissières et aux guichetiers
• Porter les sacs d’une personne âgée
• Retenir les prénoms des personnes
• Demander des nouvelles
• Envoyer un sms d’encouragement à une personne qui va avoir une journée chargé
• Poster un article à un ami sur un de ses centres d’intérêt
• Au café ou au restaurant, dire un petit mot cordial à une personne seule
• Apporter des croissants ou des douceurs à vos collègues
• Vraiment regarder les gens dans les yeux et leur accorder votre attention sincère
• Envoyer une VRAIE carte postale … oui oui … avec un timbre et tout et tout 
• (suggestion de Francis  ) : faire un commentaire ou un like sur Facebook !!

    2) Tourner vers le meilleur de vous-même, en complétant les phrases suivantes :

    • “La bonne nouvelle à propos de ma vie est que ….
    • “Je suis fier(e) à propos de …
    • “Je suis tellement hereux (se) de savoir (ou de voir) que … “

    3) Revenez à votre corps .. quittez votre tête !

    • Corde à sauter
    • Jonglage
    • Marche, vélo etc

     

    Avoir des échanges positifs

    Avoir des échanges positifs

    Se respecter soi-même, et se parler correctement.

    Je présume que vous aimez les conversations qui se passent bien ?

    Ce n’est pas désagréable les échanges cordiaux !? Nan ?? Qu’en pensez-vous ??

    Et … avec vous-même ? ça se passe comment ??

    Pourquoi diable vous parlez-vous mal … dans votre tête ? Dans votre monologue intérieur ?

    C’est quoi vos tournures de phrase habituelles ?

    Dans cette vidéo, je vous propose un exercice pour faire taire votre Tatie Danielle interne !

     

     

    Faut-il avoir une “mission de vie” ?

    Mission de vie, vocation : une vieille trace de religion dans le discours new-âge ?

    Si vous vous interrogez sur votre avenir professionnel, vous êtes peut-être tombé au fil de vos lectures sur la notion de «mission de vie».

    Je vous dis d’emblée que cette façon d’aborder son avenir me semble assez fausse et tout simplement dangereuse. Et je vous explique pourquoi j’en suis arrivée à cette conclusion.

    Qu’est-ce que c’est qu’une « mission de vie » selon les promoteurs de cette idéologie ?

    C’est le fait que chacun d’entre nous serait sur terre pour accomplir une mission.
    Et même, que ne pas chercher à accomplir sa mission, ce serait comme un déni, une faute.

    C’est séduisant, c’est valorisant… mais franchement … c’est aussi un peu préchi-précha àpartir de ma lorgnette …

    C’est justement parce que c’est tellement séduisant à entendre qu’il faut aborder ça avec des pincettes.
    D’abord parce que cette façon de voir peut être extrêmement culpabilisante et dévalorisante pour les personnes qui ne se sentent pas appelées par un destin, par une vocation.

    Mais pas seulement …. je vous explique cela dans la vidéo….

    Sortir du “Oui… MAIS …”

    Est-ce que votre phrase fétiche en ce moment, c’est « Oui, mais … » ?
    Est-ce que vous êtes en permanence dans une valse entre …

    « Je veux, mais je veux pas », ou

    « Je voudrais bien… mais » ,

    « Je souhaiterai mais…. » …. Par exemple:

    « Je dois absolument faire quelque chose pour changer de travail, mais c’est impossible de trouver un poste en ce moment » ou « Je sais que je dois prendre des initiatives pour faire marcher ma boîte, mais j’ai absolument tout essayé, et ça ne marche pas, rien ne fait venir les clients »,  « Je voudrais me lancer dans de nouveaux projets, mais j’ai peur de la réaction de mon mari ». « J’aimerai sortir, mais j’ai honte de laisser mes enfants », « J’ai envie de partir en week-end, mais même pour ça, je suis trop fatiguée »

    “Oui … mais…”, c’est la valse qui vous fait faire un pas en avant et un pas en arrière.

    Si vous êtes dans une phase « oui, mais », vous savez à quel point c’est inconfortable.

    Vous sentez-vous bloquée, coincée dans l’inaction.
    Peut-être que vous vous sentez plombée, totalement figée, toujours entre deux choix, deux hésitations, deux chemins, ou deux types de comportement.
    Vous commencez une action, vous mettez quelque chose en route… et vous ne terminez rien, parce que le « Mais » surgit.

    Pourtant vous avez  pris une décision, avec la ferme intention de vous y tenir, mais plus l’échéance approche, plus vous remettez en cause votre décision.
    Vous faites un pas dans une direction, vous êtes presque au but, et tout d’un coup vous doutez, et l’autre option vous semble meilleure.
    Vous prenez un cap, et plus vous êtes proche d’arriver, plus les inconvénients paraissent évident, et les avantages de l’autre solution, vous séduisent de nouveau.
    Vous êtes dans un mouvement de balançoire permanent.
    Vous pensez aux raisons de changer… puis vous pensez au raison de ne pas changer.
    Tout se mélange, les arguments Pour et Contre le changement coexistent dans une sorte de mélasse.
    Dans votre tête, c’est un méli-mélo permanent.

    Un jour oui, un jour non.

    Un jour j’y vais, le lendemain j’y vais pas.
    Si vous êtes dans ce cercle vicieux du « Oui, mais … » vous sentez bien que vous commencez à lasser votre entourage, qui ne comprend pas ce qui vous prend.
    Vos amis vous posent des questions « alors, où tu en es » ? Et vous ne savez pas quoi répondre parce que dans votre tête c’est le brouillard, la confusion.
    Et ça vous énerve !

    Vous êtes bloquée , enlisée.
    Pas moyen de choisir, pas moyen de décider.. alors que vous VOULEZ choisir, vous VOULEZ bouger…

    Mais rien à faire, vous êtes au point mort.
    Et c’est super frustrant !

    Vous commencez à vous faire des reproches, à vous traiter de tous les noms …

    Vous n’êtes plus en accord avec vous-même.
    Et aujourd’hui encore, malgré les bonnes résolutions que vous avez pris hier, vous êtes restée coincée dans l’inaction.

     

    “Oui … mais…”, c’est votre valse hésitation, et vous ne savez plus comment faire.
    Vous êtes bloquée.
    Aujourd’hui je voulais vous dire, que cette valse hésitation, ce « Oui, mais » quotidien, vous n’êtes pas la seule personne à le vivre.

    C’est comme ça pour tout le monde quand on a une décision à prendre ou un grand changement à mettre en route.
    Seulement, parfois on en sort vite et parfois au contraire ça dure longtemps.
    Il est possible de sortir de cette indécision.
    Ce que je vous propose, c’est une méthode 100 % concrète pour en finir avec ce problème qui vous plombe.

    Une méthode simple, pratique, à suivre pas à pas pour revoir vos décisions, vos objectifs, puis prendre une direction et mettre en place une stratégie pour y arriver.

    Mise à jour 2019: Ce programme “prendre une décision” est désormais disponible uniquement en coaching individuel. Pour suivre ce programme, contactez-moi: 07 86 99 82 77.

     

    Vouloir être heureux, ce n’est pas égoïste !

    Le bonheur pour soi n’est pas un projet égoïste !

    Et ce n’est pas une quête superficielle !

    Parce que le bonheur est contagieux ! Celui qui est heureux rayonne positivement pour ses proches, pour sa famille, son entreprise, et toute la société dans laquelle il évolue.
    Sa stabilité et sa positivité lui permet d’être un refuge pour les autres, un déclencheur de changement, un exemple…

    Pourquoi vouloir être (encore) plus heureux pour soi-même?

    Se sentir bien, c’est évidemment extrêmement agréable, M de La Palice n’aurait pas dit mieux …
    Mais cela ne s’arrête pas là !

    Les personnes qui ont les niveaux les plus élevés de bonheur sont aussi plus sociables et énergiques, plus charitables et coopératives… et plus appréciées en société.
    Leurs esprit est plus souple, et ingénieux. Elles sont plus productives dans leur travail, et plus résilientes dans les moments de difficulté.

    Le bonheur, c’est aussi bon pour la santé.

    Des études l’ont prouvé, les personnes heureuses ont un meilleur système immunitaire, et même … elles vivent plus longtemps.
    Une longue étude a été menée sur des nonnes, entrées au couvent dans les années 30. Celles qui étaient optimistes et pleines d’allant dans leur lettres de motivation pour entrer dans les ordres, ont vécu en moyenne 10 ans de plus que leur coreligionnaires négatives. Elles étaient toutes au couvent, et avaient donc exactement avec les mêmes conditions de vie.
    De nombreuses autres études ont montrée que les gens les plus satisfaits vivent entre sept et dix ans de plus que ceux qui le sont moins.

    Et le bonheur prédit le succès ! Le bonheur est « payant »

    J’ai bien dit : le bonheur prédit le succès, et pas l’inverse !