“J’ai tout essayé pour aller mieux !”

“J’ai tout essayé pour aller mieux !”

« J’ai tout essayé pour m’en sortir ! »

C’est souvent la 1ere phrase que j’entends quand une personne me contacte pour un coaching personnnel à distance.

C’est une phrase qui en dit long sur la perte d’espoir et le sentiment de solitude, le désarroi des personnes qui souffrent, et souvent, qui souffrent depuis longtemps.

Le plus souvent, ce sont des personnes qui ont perdu la joie de vivre, qui se sentent éteintes, anesthésiées. Et très très seules.
Ces personnes ont besoin d’aide pour continuer à vivre et retrouver un équilibre intérieur.

C’est normal de penser «  J’ai tout essayé » si vous avez vu beaucoup de professionnels.

Mais aujourd’hui je vais vous montrer pourquoi c’est faux, et pourquoi en fait, vous avez vu des gens qui inversent la réalité du bien-être psychologique.

Vous avez fait des stages, lu des livres, suivi des psy ou des coachs … et ça n’a rien changé !

Je suis navrée d’entendre ça, mais je ne suis pas étonnée !

Rien que dans la psychologie dite « sérieuse » il existe plus d’une centaine d’école de pensées. Qui se détestent entre elle le plus souvent ! Et c’est sans parler des modes saugrenues qui durent un an ou deux et qui disparaissent sans laisser de traces. De magnifiques produits, bien marqués … mais complètement creux !

Pourquoi ce que vous avez essayé pour aller mieux ne marche pas :

  1. Ces techniques sont trop “passives”
  2. Elles ne s’appuient pas sur vos forces-signatures, sur vos valeurs, sur vos besoins. Elle ne sont pas “vous”.

C’est d’ailleurs ça qui est (faussement) séduisant !

Le client s’assoie dans un beau fauteuil … ou s’allonge sur un splendide canapé … parfois il parle, il se raconte un peu (mais pas toujours) on lui tapote le genoux, on le console … et .. c’est tout !
Le client ne s’engage pas ! Il attend des effets qui sont censés survenir sans sa participation ! Sans lui !
On lui promet un changement, un mieux … par baguette magique !

Bien sûr, souvent il y a un soulagement sur le moment. Un mieux-être ponctuel. Mais ça ne peut pas marcher sur la durée ! Ça ne peut pas produire autre chose qu’un effet provisoire …

Il y a un soulegement de la pression parce que la personne a été écoutée, qu’elle s’est sentie prise en compte, et un peu comprise (dans le meilleur des cas).

C’est tout. Le problème de fond est toujours là !

Le besoin primaire qui soulage une part de la souffrance : la relation  !

Le partage de la peine, de la tristesse, de la solitude … ça soulage… Mais l’effet ne dure pas.

Parce que le problème de fond n’est pas réglé. Il y a juste un pansement  dessus qui anesthésie la douleur.
Et ce n’est pas la technique utilisée qui a produit cet effet, c’est juste la relation.
Parce que l’être humain est profondément fait pour être en relié à l’autre. Nous sommes des animaux sociaux !

Mais l’effet de la relation ne dure pas, si rien d’autre n’est entrepris !

Pour que votre vie change, pour que votre vie soit différente, demain… Il faut faire des choses différentes aujourd’hui !
Vous donner des expériences différentes.

Surtout si vous êtes déprimé, si vous avez perdu le goût de vivre.

Pour aller mieux, il faut vous engager dans votre vie !
Il faut faire au moins des petits pas dans une démarche active.
Vous avez besoin de prendre le contrôle de votre vie, et non plus attendre et être passif.
Ne plus subir. Etre acteur et non pas sujet, objet. On dit « faire l’objet de soin », mais vous n’êtes pas un objet !
C’est dur, je sais. C’est difficile à entendre. Difficile à imaginer, à envisager.
Parce que vous vous sentez mal et que vous ne savez pas comment vous y prendre.
Et on est tous pareil. On préférerai attendre dans un fauteuil que les problèmes disparaissent.

Mais si vous attendez de retrouver de l’énergie pour « faire », il ne se passera jamais rien !
Vous vous enfoncerez dans le malaise et le chagrin.

Ce qu’il faut faire pour aller mieux, c’est vous engager dans l’action. Faire. Même un tout petit peu. Même un minuscule pas en avant.
Ne pas attendre que l’intérieur (votre humeur, votre moral …) donne l’impulsion pour bouger l’extérieur !

C’est le contraire !

La bonne démarche pour changer : il faut aller de l’extérieur vers l’intérieur !

Pourquoi ?
Parce que vos expériences positives vont améliorer votre humeur et vos émotions !
Et ainsi vous faire entrer dans un cercle vertueux.

Ce nouveau comportement va augmenter votre niveau d’énergie et vous apporter des pensées et des émotions positives.
Si vous gardez le même comportement, les mêmes habitudes qu’aujourd’hui, rien ne changera dans votre vie.
Faire toujours plus de la même chose amène toujours plus du même résultat.
Alors que, si vous vous bougez … ce changement d’habitude va améliorer vos pensées, vos sentiments et votre qualité de vie.

L’action, un point de départ pour aller mieux

Lorsque vous aurez mis en place des activités et des expériences positives, vous retrouverez le plaisir, et le sentiment d’accomplissement !

Et c’est cette énergie là qui vous permettra de remettre votre vie sur le bon chemin.

Le chemin du bonheur intérieur.

Vous avez des ressources et nous pouvons nous appuyer dessus pour avancer, sortir de l’ornière, retrouver une direction, un sens.

Bien sûr, cela doit être progressif, adapté.
Il n’est pas question de vous brutaliser.
Je ne suis pas en train de vous dire « secouez-vous ! ». Pas du tout !
Je vous invite à vous remettre en action, à votre mesure, pour retrouver la fierté et donc l’énergie vitale.
Remettez vous en route, comme un convalescent qui ré-apprend à marcher après un accident. Qui teste ses muscles sans se faire mal, et apprend à se renforcer.

Respectez-vous, mais ne soyez pas en dessous de ce que vous pouvez être. Tirez-vous vers le haut !

En choisissant d’agir, vous retrouverez des réserves de vie en vous !

Décidez d’être acteur de votre vie. Lentement si besoin, doucement si nécessaire, à votre échelle, selon ce qui est possible pour vous.

C’est la seule manière de vous inscrire dans une dynamique constructive.

La seule voie pour vous sentir de nouveau plein de vie !

Pourquoi et comment gérer ses émotions

Pourquoi et comment gérer ses émotions

Gérer ses émotions pour être performant

Imaginez …

Vous rentrez chez vous après une journée de travail bien remplie.

Vous vous garez deux rues derrière chez vous.

Et vous marchez.

Dans votre tête vous êtes encore au boulot. Vous cogitez.

Il est tard, la nuit est sombre. Vous êtes seule.

Petit à petit le silence vous met mal à l’aise.

Vous revenez au présent.

Ça sent l’urine dans cette ruelle.

Il fait froid. Tout le monde est calfeutré à la maison.

Sauf vous.

Vos talons claquent sèchement.

Vous vous sentez un peu trop repérable.

Ça commence à ressembler à un vieux polar  !

Cette idée vous fait sourire.

N’empêche que vous avez hâte de rentrer.

Ce sont des pas derrière vous ?

Vous tendez l’oreille.

Vous marchez plus vite.

On dirait qu’il y a une ombre dans la vitrine.

Votre sac pèse trop lourd sur votre épaule.

Vous le prenez devant vous à bras le corps.

Vous avez la chair de poule.

Votre cœur s’accélère.

Vous repensez à ce vieil article qui expliquait comment se défendre avec son trousseau de clef.

Où sont vos clefs ?

M… ! Au fond du sac !

Il faut choisir .. marcher vite ou ralentir et fouiller dans ce gros fourre-tout.


Vous auriez mieux fait de suivre ces cours de Krav Maga à la fac !!!

Est-ce qu’il y a un commerce où vous pourriez entrer ?

Non … le boui-boui du coin a fermé l’année dernière.

Vous avez le souffle court.

Vous sentez que quelqu’un s’approche.

Vos muscles se tendent.

Vous prenez votre respiration pour crier !

Trop tard !
Un bras passe autour de votre cou.

« Valentine ! Tu déconnes ! Je t’ai pourtant dit de ne jamais te garer vers la gare ! Tu vois comme j’aurai pu t’agresser ?»

Un éclair de rage vous traverse !

C’est ce con de macho du 2éme qui vous drague depuis 6 mois et se croit indispensable !

Vous le repoussez brutalement, et vous lui hurlez dessus !

Non mais quel crétin de vous faire une peur pareille ! Il est temps de le remettre à sa place !

Happy end.
Fin de la peur. Début de la colère.

Trop d’émotions négatives ?

Personne n’aime ressentir des émotions négatives … difficiles, rudes, stressantes.

Pourtant ces émotions sont précieuses !

Aussi précieuses que les émotions positives … faciles, légères, relaxantes.

Toutes nos émotions sont indispensables.

Elles nous alertent, et nous donnent des informations,

Elles guident l’action,
Elles orientent nos décisions,

Elles nous adaptent au contexte.

Et à chaque émotion correspond une fonction.

Pas d’émotion = pas d’adaptation.

Les effets des émotions illustrés par notre exemple:

Classiquement, dans un premier temps, nos émotions augmentent notre perception et focalisent notre attention.

Les stimuli font prendre conscience du contexte, en l’occurrence de la menace.
Nous voyons et entendons des indices que vous n’aurions pas perçu en temps normal.

Les émotions changent nos priorités.

Dans l’exemple, la sécurité devient prioritaire.

Tous les besoins, y compris vitaux, comme le sommeil et la faim, disparaissent face à une émotion forte. La mobilisation sur le présent est immédiate.

– La mémoire sélectionne toutes les infos qui pouvaient nous aider à faire face.

Ici : où se cacher ? comment se défendre ?

Un changement dans la vision de la situation.

La rue qui paraissait familière et sûre, est devenue potentiellement dangereuse car isolée.

– Des apprentissages ultra-rapides :

Ne plus prendre cet immense sac lourd et encombrant.

Veiller à avoir des moyens de défense facilement accessibles.

– Le corps se prépare à l’action pour répondre à la situation:

Adrénaline et cortisol inondent l’organisme

– Adaptation des émotions aux différentes perceptions et jugements :

Ici : passer de la peur à la colère.

5 étapes pour acquérir la compétence émotionnelle, cet outil pour bien vivre.

(Remarque : On dit encore parfois intelligence émotionnelle, mais ce terme reflète moins bien la réalité d’un apprentissage possible.)

Savoir utiliser ses émotions, cela passe par 5 étapes:

Identifier : Les différencier, les nommer,

Comprendre : Trouver les causes et conséquences de cette émotion. Quelle est l’information que je dois tirer de cela.

Exprimer : Etre capable de dire ce que l’on ressent, de manière acceptable par l’autre ou par la société. Et de façon adaptée, proportionnée.

Gérer : Générer des émotions adéquates dans un contexte donné. Ne pas laisser les émotions nous faire perdre le contrôle de notre comportement.

Utiliser : Promouvoir la croissance émotionnelle et intellectuelle. Accroitre l’efficacité au niveau : réflexion, décision, actions.

Toute émotion est précieuse quand elle est bien gérée.

Une émotion est « bonne » quand l’individu sait l’utiliser comme une ressource pour en tirer quelque chose de constructif.

Quand elle est utilisée comme moteur pour passer à l’action.


Cette aptitude est une compétence qui s’apprend.

Les conséquences de la non-gestion des émotions:

Laissées en friche, les émotions négatives peuvent devenir chroniques, créer des troubles psychologiques et dégénérer en dépression.

Les émotions non fonctionnelles peuvent dégrader nos relations professionnelles, sociales et amoureuses.

Elles peuvent nous amener à des comportements inacceptables par la société : crises de colère, agressivité, jalousie …

Elles peuvent aussi dégrader la performance de notre mémoire et avoir un impact négatif sur notre santé.

Les mauvaises solutions face au mal-être:

Face aux émotions envahissantes, l’évitement, le déni, ou la lutte sont des attitudes inefficaces.

On ne peut pas éviter ou lutter contre une émotion ou une pensée.

En lisant cette phrase, essayez de ne pas penser à un éléphant bleu, juste pour voir !!!

Bien entendu vous avez pensé à un éléphant bleu …

C’est notre façon naturelle de fonctionner.

 

Alors si l’évitement ou la lutte ne fonctionnent pas, que faire ?

Il faut apprendre à maitriser le processus en 5 étapes.

C’est ainsi que se construit la compétence émotionnelle.

Cette compétence qui permet de ne plus se laisser submerger par des émotions et des humeurs qui nous pourrissent la vie.

Les signes de la dépression

Les signes de la dépression

Comment savoir si on est vraiment déprimé ?

Les 12 signes (+1 très sérieux) qui doivent vous alerter, chez vous ou chez vos proches.

Selon leur cumul, leur fréquence et leur intensité dans votre vie, ces sentiments et émotions doivent vous amener à consulter un professionnel :

  • La tristesse,

  • Le découragement au sujet de l’avenir,

  • La conviction d’avoir échoué dans la vie,

  • L’incapacité à profiter des bonnes circonstances,

  • Le sentiment d’être indigne ou “mauvais”, d’avoir “quelque chose qui cloche”,

  • Être déçu de soi-même,

  • Moins s’intéresser aux autres qu’autrefois,

  • Avoir beaucoup de mal à prendre des décisions,

  • Ressentir une dégradation de son apparence physique,

  • Avoir besoin de faire un effort supplémentaire pour commencer les choses,

  • Se sentir plus facilement fatigué,

  • Perte d’appétit

Et enfin, le dernier signal d’alarme, le plus inquiétant :

  • Penser que la mort serait un soulagement à votre mal-être.

Bien entendu, un ou deux de ces signaux d’alerte, peu fréquents ou peu intenses ne sont pas significatifs.

Il faut prendre la situation au sérieux, dès lors que vous ressentez quasiment chacun des points, de manière forte et régulière.

Pourquoi c’est si dur de changer ?

Pourquoi c’est si dur de changer ?

Nos 4 difficultés pour sortir de nos souffrances :

  • Ce que l’on pense,
  • Ce que l’on fait,
  • Ce que l’on ressent,
  • Et enfin : nos relations.

Ou dit autrement : nos cognitions, nos émotions, nos comportements … et notre environnement.

 

Dans cette vidéo, je vous propose quelques pistes pour prendre du recul sur votre situation !

 

Comment s’y prendre avec un pessimiste

Comment s’y prendre avec un pessimiste

Manager (ou parent) : comment gérer un pessimiste ? 

Vous redoutez de le croiser.

Il plombe l’ambiance… complique votre vie… perturbe le travail d’équipe…

Le pessimiste.

Le « casse-moral».

Face à un voisin pénible, on peut toujours changer de trottoir.

Au sein de l’entreprise, il n’y a pas d’échappatoire !

(Et parfois, à la maison non plus !)

« Votre » pessimiste est là. Et bien là !

Il va falloir faire avec … et même… soyons fous … tirer parti de sa présence !!

Parce que ce pessimiste n’a pas que des mauvais côtés. Il peut même vous être diablement utile !

Pour mes propositions afin d’inverser la situation … Lire toutes mes astuces dans l’article que j’ai écrit pour “rhinfo”

 

Voir l’avenir en positif: devenir optimiste

Voir l’avenir en positif: devenir optimiste

C’est quoi être optimiste ?

Peut-on le devenir ?

Voici mes réponses dans la vidéo 😉

Etre optimiste, c’est penser que l’avenir nous réserve de bonnes choses.

A soi, ou à nos proches, ou bien encore sur un projet …

Ce n’est pas avoir des lunettes roses et croire que la vie sera facile et sans obstacles, mais savoir qu’on peut dépasser les difficultés et se centrer sur les résultats.

A quoi ça sert d’être optimiste ?

C’est déjà un état agréable à vivre 😉

Il nous pousse à l’action et nous donne de la motivation.

Et vis à vis des autres ?

Notre optimisme est contagieux, si nous faisons preuve de tact.

Il change les émotions et les comportements de nos proches.