Reprenez le contrôle de votre vie pro

Reprenez le contrôle de votre vie pro

 Le pouvoir d’agir vs l’impuissance apprise

Pour être heureux, quel que soit le domaine de notre vie, nous avons besoin de sentir que nous avons une large part de contrôle sur ce qui nous arrive. C’est le pouvoir d’agir.

L’empowerment, en anglo-américain kiss’cause … face à l’impuissance acquise, autre concept, celui-ci mis au point par Martin Seligman, le “papa” de la psychologie positive (en gros, une théorie de la déprime, mais ne nous égarons pas …)

Pour de vrai, rien de pire que d’avoir le sentiment de subir, d’être un objet, une feuille qui tourbillonne dans le vent …

Pour retrouver ce sentiment de maîtrise, je vous invite à commencer modestement …

L’ivrogne, le lampadaire et le bonheur.

L’ivrogne, le lampadaire et le bonheur.

Donner et recevoir

Il y a 16 ans de cela, quand j’ai commencé à pratiquer l’écoute bénévole des personnes en souffrance, j’ai entamé un long chemin de gratitude.

J’ai tellement, tellement appris grâce aux personnes qui se sont confiées à moi.

Ce que j’ai entendu m’a changée.

En mieux.

J’ai écouté des histoires de passions, de trahison, de pertes, de solitude, de confusion, d’espoir …

J’ai admiré des personnes au courage inouï face au destin, face au handicap, y compris mental.

J’en ai compris d’autres qui n’avaient tout simplement plus la force, et voulaient en finir avec trop de souffrance.

J’ai aussi eu de la peine pour des pervers perdus dans leurs délires, des manipulateurs … Enfermés dans leur incapacité à établir un échange avec l’autre.

Recevoir et restituer … faire  circuler

La personne la plus volontaire et la plus déterminée à améliorer sa vie que j’ai entendue était handicapée mentale.

Son esprit était simple comme celui d’un enfant.

Quelle leçon. Quelle claque !

Elle m’a mis les larmes aux yeux. J’avais des frissons en l’écoutant.

Et aujourd’hui encore en y pensant.

Je ne l’oublierai jamais, cette toute jeune fille.

Pas de parents, une vie en foyer, un handicap mental et une volonté de fer ! Une lucidité totale !

Aucune plainte chez elle !

Uniquement la détermination à être heureuse. Autonome. Et fière !!

Oui, fière !

Consciente de son retard mental, elle voulait faire le maximum avec les capacités dont elle disposait !

Elle se programmait des petits objectifs.

Et elle récompensait chacun de ses progrès.

Elle s’offrait des fleurs avec l’argent qu’elle gagnait en faisant la plonge, un peu en douce de la légalité …

Je ne me souviens pas si elle savait lire.

En revanche je me souviens de m’être demandé combien d’adultes « intelligents », voir hautement éduqués, amateurs de développement personnel, était capables d’une telle détermination.

Et moi même, étais-je digne de m’envisager comme son égale ?

Avais-je comme elle, la sagesse de distinguer les choses sur lesquelles je pouvais agir et celle sur lesquelles je n’avais pas de prise ?

Etais-je capable de me projeter avec détermination dans un avenir incertain ?

De me surpasser ?

Clairement non.

Je n’avais pas sa force.

Ni sa lucidité.

Mon mental tournait comme un hamster dans sa cage.

Malgré les apparences , je vivais dans un monde de confusion.

La confusion est le principal obstacle au bonheur.

L’incapacité à savoir ce qu’on veut changer.

Ce qu’on veut VRAIMENT (Pas seulement les rêveries superficielles, qui ne coûtent rien et nous tiennent dans un faux confort, dans “l’illusion de faire”.)

L’incapacité à savoir qui on est.

Et même à savoir ce que l’on aime.

L’incapacité à savoir comment faire pour être heureux. Par où commencer.

Livrogne et le lampadaire

Vous connaissez peut-être cette histoire comique et absurde, de l’ivrogne qui cherche ses clefs sous un lampadaire.

Pourquoi sous le lampadaire ?

Parce que c’est-là qu’il y a de la lumière.

Nous sommes souvent des ivrognes du bonheur, nous le cherchons là où il n’est pas.

Juste parce qu’il y a de la lumière.

Vive la déprime !

A quelque chose malheur est bon, parait-il

Le côté positif de la déprime : parfois, elle nous pousse à réagir et à mettre de l’ordre dans notre vie.

Nous sommes officiellement dans « Le jour le plus déprimant de l’année !

Eh oui ! Le 3éme lundi du mois de janvier est le jour le plus tristement célèbre en psychologie de la motivation !

C’est le jour où nous avons tous, peu ou prou, le moral en berne !

Pourquoi ? Essentiellement parce que nos nous apercevons que nous sommes (déjà) en échec avec nos «Bonnes Résolutions ».

S’ajoute à ça une météo pas folichonne, des jours trop courts, le compte-bancaire qui accuse le coup après les excès de fin d’année et le pèse-personne … bon …. vous savez mieux que moi sur ce qui s’affiche sur votre balance …

Bref, ce matin, nous sommes 88 % à être mal !

Parce que 88 % des gens ne tiennent pas leurs bonnes résolutions.

Et c’est un chiffre normal !

Je vais vous expliquer pourquoi.

(Et aussi pourquoi ce n’est pas votre faute si vous êtes dans ce cas là.)

Car croyez-moi, je ne cherche pas à vous casser le moral, ni à vous démotiver, mais il est temps d’être lucide, parce que cela concerne votre vie.

Pour en avoir la démonstration, faites simplement la liste des bonnes résolutions que vous aviez le 1er janvier, (Ou en début d’année dernière), et voyez ce que vous avez réalisé.

Et l’année d’avant aussi.

Ou même juste il y a trois mois. Ou à votre anniversaire. Ou à la rentrée.

Ça ressemble un peu au cimetière des éléphants, non ?

Aïe, votre cœur se serre.

Est-ce que c’est décourageant ?

Est-ce que c’est culpabilisant ?

Je ne vous dis pas ça pour votre mettre mal.

Mais vous méritez mieux que ces faux départs.

Vous ne pouvez pas continuer comme ça !

A vous faire à vous même des promesses que vous n’allez pas tenir. A vous donner des ordres.

Vous ne pouvez pas recommencer encore parce que c’est mauvais pour vous.

Mauvais pour la réussite de votre vie.

Vous avez l’impression de stagner.
Vous voyez les autres filer vers l’avenir comme si tout était facile.

Votre moral plonge.

Vous vous sentez en échec.
Vous vous dévalorisez.

Votre vie vous file entre les doigts.

Je vais enfoncer une porte ouverte:

si vous recommencez cette année comme l’année dernière, vous allez arriver au même résultat.

Ou plutôt à la même absence de résultat.

Vous allez échouer. C’est la vérité toute nue.

Pourquoi vous n’y arrivez pas ?

Parce que vos résolutions sont artificielles

Je veux dire par là qu’elles sont basées sur ce que vous croyez que vous devez faire.

Logique !

Et en plus, vous pensez pouvoir y arriver à grands coups de volonté.

Et là…. 2éme mauvaise pioche !

Ce sont les deux grandes causes d’échecs.

Il y en a d’autres … j’y reviendrai.

Donc, la seule solution, c’est de prendre des engagements qui sont congruents avec ce que vous êtes vraiment, avec vos forces, avec votre «moi» le plus authentique, le plus pur, le plus profond.

Et là nous quittons «les bonnes résolutions» superficielles pour vous tracer de vrais objectifs.

C’est un univers complètement différent.

Aussi différent que le Champomy est différent du Champagne.

Vous me suivez ?

Les bonnes résolutions ne sont pas une solution. Elles sont un problème.

(Tiens, c’est comme les régimes !)

La vraie question, bien plus profonde que de «tenir vos bonnes résolutions» est:

«Comment je peux me connaître vraiment, et apprendre à vivre de façon cohérente avec ce que je suis au plus profond de moi, en m’appuyant sur mes forces.»

Vous êtes unique.

Et ce n’est pas «juste une façon de parler».

Chaque personne est tout à fait spéciale. Vous aussi, vous l’êtes.

Il n’y a pas dans le monde, et même dans l’ensemble de la création depuis la nuit des temps, il n’y a pas, il n’y a pas eu, il n’y aura pas ….un autre être semblable à vous.

La science nous le prouve: nos iris sont uniques, de même pour notre voix, nos empreintes, notre visage …

Vous êtes unique en votre genre.

Et il en va de votre physique comme de votre caractère, de vos forces, de vos talents…

Votre vie ne peut être engoncée dans du prêt-à-porter. Elle doit être habillée de sur-mesure.

Et ce n’est pas de l’égotisme, ce n’est pas du nombrilisme…

Exprimé plus brutalement, ce dont vous avez besoin, un besoin vital, c’est de vous poser et de «faire le tour du propriétaire».

Vous avez besoin de prendre la bonne distance pour réellement voir qui vous êtes, ce que voulez vraiment faire, qui vous voulez vraiment être, quelle vie vous voulez avoir,

Vous avez besoin d’obtenir un nouveau point de vue sur vous, à la fois plus distancié et plus vrai,

Vous avez besoin de changer votre niveau de réflexion,

Vous avez besoin de vous mettre en position «méta», en surplomb,

Vous avez besoin de quitter la surface pour aller au noyau, au centre, au cœur.

Puis, du cœur, repartir vers l’extérieur.

C’est ce voyage qui va vous permettre de dessiner votre propre avenir, avec le cheminement qui vous correspond vraiment.

Nous savons tous que les bonnes résolutions ne donnent presque jamais de résultats durables.

Et pourtant nous continuons à en prendre, nouvel an après nouvel an, comme si de rien n’était !

Nous sommes un peu légers à propos de notre avenir, vous ne trouvez pas ?

C’est curieux.

Nous voudrions nous préparer un lit de regrets que nous ne nous y prendrions pas autrement.

Nous n’avons rien de plus précieux que notre temps sur terre.

C’est la seule chose qui ne s’achète pas. Qui ne se rattrape pas.

Et pour autant nous gaspillons notre chance.

Nous prétendons prendre notre avenir au sérieux, mais dans les faits nous nous comportons en plaisantins.

Comment pouvons-nous envisager de construire quelque chose sans plan, sans fondations, sans méthode, sans priorités, sans outils ?

Définir ses objectifs de vie, c’est tout simplement ça :

* Etablir des priorités, pour savoir où mettre sa concentration et son temps,

* Bâtir des fondations solides, réfléchies,

* Faire un plan d’action étape par étape, en suivant une logique,

* Se doter d’outils pour faire, pour mesurer, pour adapter.

* Définir ses objectifs, c’est prendre le contrôle de sa vie.

* C’est décider délibérément, en conscience, de ce que l’on veut dans la vie.

* C’est se doter d’un fil conducteur qui va nous guider au moins de faire des choix.

L’autre option, c’est de se laisser porter par le courant, comme du bois mort au fil de l’eau.

Se laisser ballotter par les circonstances, par ce que veulent les autres.

Cette autre option, c’est celle des regrets.

Regrets d’avoir gâché sa vie, d’avoir laissé filer le temps.

Si vous êtes conscient de cela, sachez qu’il n’est jamais trop tard pour renverser la vapeur !

Il n’est jamais trop tard pour se doter de la bonne attitude, du bon état d’esprit.

Se définir des objectifs et se mettre en route, c’est simple.


Voilà ce que cela changera pour vous :

  • Vous allez devenir une de ces rares personnes qui sait où elle va, et qui se donne les moyens d’y arriver.
  • Vous connaitrez la sérénité
  • Vous allez trouver le confort moral de la personne qui sait où elle va, et à quoi elle est destinée.
  • Vous allez apprendre à quel point vous êtes unique et où se trouvent vos lignes de force.

 

Avoir des échanges positifs

Avoir des échanges positifs

Se respecter soi-même, et se parler correctement.

Je présume que vous aimez les conversations qui se passent bien ?

Ce n’est pas désagréable les échanges cordiaux !? Nan ?? Qu’en pensez-vous ??

Et … avec vous-même ? ça se passe comment ??

Pourquoi diable vous parlez-vous mal … dans votre tête ? Dans votre monologue intérieur ?

C’est quoi vos tournures de phrase habituelles ?

Dans cette vidéo, je vous propose un exercice pour faire taire votre Tatie Danielle interne !