Manquer d’affirmation de soi, c’est perdre notre droit au bonheur

Manquer d’affirmation de soi, c’est perdre notre droit au bonheur

Dire oui quand on veut dire non, une attitude doublement perdante !

Dire oui “malgré soi”, c’est éviter l’inconfort immédiat, celui que l’on ressentirait à poser un refus, à encaisser la déception de l’interlocuteur, et à se sentir dans la peau d’une personne peu sympathique ou peu collaborative.

Mais nous le payons immédiatement par la perte de l’esitime de soi, la frustration, la colère contre l’autre qui nous demande “encore” … et j’en passe …

Et à long terme, nous constatons que … toute une vie, nous avons joué contre noter camp.

 

Ne pas s’affirmer sabote notre équilibre intérieur :

Notre bien-être psychique repose sur 6 besoins fondamentaux :

Relation :  Avoir des relations positives avec les autres. Empreintes de chaleur, de proximité, de marques d’intérêt réciproque.

Autonomie : Marquer son indépendance, faire preuve de détermination, montrer une capacité à résister à la pression sociale.

Compétence : Sentiment de maitrise de l’environnement, de contrôle de ce que nous vivons, d’impact sur le monde de par notre action.

Acceptation de soi : Avoir des sentiments apaisés envers le passé, accepter les multiples aspects de soi-même, et faire une évaluation de soi positive.

Foi en sa capacité de croissance personnelle : Penser que l’on est capable de changer, d’évoluer, de développer son potentiel.

Sens de la vie : Pouvoir se donner des buts et une direction, avoir des croyances qui donnent de la cohérence, et que passé et présent se regardent comme un ensemble qui signifie quelque chose.

Il y a un seul bénéfice à l’effacement permanent. Mais ce bénéfice est illusoire.

A court terme, dire « oui » semble bénéfique à la relation. Donc semble bénéfique au regard d’au moins l’un de nos besoin de base.

Mais c’est un trompe l’oeil. Une façade.

La relation inhibée et soumise ruine notre cohérence interne.

Ce semblant de lien est acheté au prix de notre authenticité et de notre bonheur. Cela génère frustration et rancoeur.

Une telle relation n’est pas positive, elle n’est pas constructive.

Les inconvénients et sacrifices dramatiques des « Oui » qui voudrait être des « Non ».

Lorsque nous ne cherchons pas en nous les ressources pour dire le « non » que nous souhaitons, nous piétinons nos besoins.

Et ne le payons le prix fort sur la durée:

Sacrifier le besoin d’Autonomie : dire oui quand nous voulons dire non, c’est abandonner notre droit à choisir et à agir à partir de notre propre volonté. Nous sentons alors que notre vie nous échappe, que nous ne sommes plus à l’origine de nos actions. Nous devenons des marionnettes. Nous perdons le contrôle de ce que nous faisons. De ce que nous réalisons.

Sacrifier le besoin de Compétence : Ces renoncements nous empêchent de faire la preuve de nos capacités et de nos ressources. Ils montrent au monde et à nous-même l’étendue de nos manques, de nos faiblesses. Nous faisons du sur-place, nous ne nous épanouissons pas.

Sacrifier le besoin d’Acceptation de soi : Nos reculades fracassent notre image de nous-même. Comment avoir des sentiments positif envers soi, quand on est pas pour soi-même son meilleur ami ? Quand une petite voix intérieure nous accuse de lâcheté ?

Sacrifier la Foi en sa capacité de croissance : quand cette situation dure et s’installe , nous perdons confiance en notre capacité à en sortir, à changer, à évoluer. A chaque reculade, on se donne la preuve qu’on est coincé dans une impasse.

Sacrifier le Sens de la vie : Cette situation donne un goût d’absurde à notre quotidien, à notre vie.

Car nous agissons contrairement à nos intérêts. De plus, nous cultivons de la rancune envers notre entourage. Nous avons l’impression que l’on profite de nous. Nous n’avons pas ce que nous désirons. Nous ne défendons pas nos droits.

En conséquence, nous risquons de devenir aigris et chroniquement insatisfaits.

Au pire nous glissons vers le dégoût de soi et la dépression, qui est un dégoût de la vie.

Oser dire qui on est, et prendre sa place, pour retrouver son équilibre.

L’habitude de s’effacer est souvent bien ancrée.

Il faudra faire preuve de détermination pour entrer dans un vrai mode de communication où on affirme ses choix, ses valeurs, ses priorités, ses goûts…

C’est à ce prix que l’on peut se construire une vie authentique et retrouver la confiance en soi et l’estime de soi.

Nous avons besoin de cesser de faire semblant pour prendre la place qui nous revient.

Notre vie est unique. C’est à nous de la définir et de la choisir !

 

Quand dire “non” est une torture, et accepter un poison lent

Quand dire “non” est une torture, et accepter un poison lent

Vous êtes mal à l’aise face aux demandes des autres.

Vous acceptez les sollicitations à contre-coeur. Vous les redoutez.
De fil en aiguille, votre entourage abuse un peu de vous et vous vivez ça très mal.

Le plus souvent, vous ravalez vos sentiments, jusqu’au moment où vous explosez….

Entre Paillasson et Hérisson: vous passez d’un extrême à l’autre… “Passif-agressif”, une spirale infernale …

C’est une situation qui se répète encore et encore et qui vous mine.
Votre réputation en souffre.
Vous en arrivez à éviter certaines rencontres.
C’est une situation difficile à gérer et qui génère beaucoup d’émotions et de pensées négatives.
Vous perdez confiance en vous, et vos relations sont de plus en plus difficiles.

Les 4 grandes causes de la difficulté à dire non: vos “pourquoi ?” :

Le plus souvent, la raison de cette difficulté à s’opposer trouve sa source dans l’une de ses explications:

– Vous ne vous accordez pas le droit de dire « non »,
– Votre environnement n’a pas renforcé en vous un comportement affirmatif,
– Vous ne savez pas comment vous y prendre,
– Vous avez des croyances qui vous paralysent ; du type « ça ne se fait pas », « il va me détester », « je dois être souple », “je dois préserver la relation” etc

Apprendre à refuser une demande

L’affirmation de soi est une compétence relationnelle qui peut s’acquérir.
Le cheminement dans cet apprentissage passe d’abord par une phase de connaissance de soi.

En effet, comment s’affirmer si on ne se connaît pas ? Si on est flou sur ses besoins, ses priorités, ses valeurs, si on ne sait pas définir son comportement relationnel ? Quelles sont mes croyances et mes émotions paralysantes ? Comment puis-je m’en libérer ?

Vient ensuite la question des droits :
Quels sont mes droits personnels fondamentaux ? Quelles en sont les limites ? Comment puis-je articuler mes droits avec ceux de mon entourage ?

Sur ces bases, nous pouvons ensuite aborder le canevas d’un refus :
– Veiller à son attitude verbale et non-verbale,
– Etre direct et ne pas inventer d’excuses,
– Etre clair et motiver sa décision,
– Utiliser l’affirmation empathique,
– Si besoin, passer à l’affirmation progressive,
– Eviter les pièges de la confrontation.

L’affirmation de soi est une compétence, qui passe par un apprentissage et une pratique.

Comme pour tout comportement appris, votre compétence et votre confiance se renforceront avec le temps.

Vous trouverez des ressources dans mon livre “Affirmez-vous en douceur “.

Je propose aussi des accompagnements individuels à distance sur “l’art de dire non”, et également des formations ou des ateliers.

A l’issue de ces parcours, vous saurez comment vous y prendre pour:
• Identifier vos limites et vos priorités,
• clarifier ce à quoi vous voulez consentir,
• vous positionner clairement et calmement,
• interagir de manière adaptée et proportionnée,
• rester maître de votre attitude verbale et non-verbale,
• refuser un service ou une sollicitation sans casser la relation,
• vous situer dans des droits réciproques,
• surmonter vos émotions et vos pensées paralysantes,
• amener des alternatives, pour vous et pour votre interlocuteur,
• adopter les bonnes attitudes pour que votre interlocuteur ne se sente pas rejeté, par l’affirmation empathique,
• éviter les pièges de la confrontation,
• contrer en douceur ceux qui insistent trop, par l’affirmation progressive.

 

Etre aimé et respecté, avec vos “oui” et avec vos “non”

Etre aimé et respecté, avec vos “oui” et avec vos “non”

Communiquer de manière authentique: une clef pour une vie harmonieuse et apaisée.

Souvent, nous nous empêchons d’être nous même par générosité : pour ne pas blesser l’autre, pour lui faire plaisir.
Ou par lâcheté : par peur de déplaire ou de casser la relation, ou tout simplement pour avoir la paix.

Nous renonçons à la franchise pour maintenir une entente de surface, pour éviter le conflit ou la rupture. 
Nous nous oublions. 
Nous nous mettons en retrait. 
Nous passons après. Nous passons derrière.

Nous négligeons nos besoins, nous étouffons nos émotions, nous renions nos pensées et nos opinions.
Sur l’instant, dire toujours « oui » semble bénéfique à la relation, mais à long terme c’est une catastrophe.

Car la négation de nous-même nous revient en pleine figure.

Quand nous recherchons l’approbation d’autrui, nous sommes exilés de notre vrai « moi », et sans repos.
Car c’est une quête permanente et vaine. Qui recommence chaque jour et sans succès.

Nous déposons notre vie dans les mains des autres.

Et certains d’entre nous gaspillent leur temps et leur énergie à s’interroger sur l’effet de leur parole et de leur comportement sur leur entourage. 
Et se flagellent d’être en permanence à côté de la plaque. 
A côté d’eux-même.

Incapables d’exprimer leur identité, et de se faire respecter.

Tout cela ne peut que déboucher sur de la frustration et de la colère … puis de la révolte.
Car au lieu d’obtenir la reconnaissance, nous récoltons l’incompréhension ou pire, le mépris.
Un mépris intérieur car nous nous reprochons notre manque d’authenticité et de courage. 
Un mépris des autres aussi parfois, qui nous voient céder en permanence, en mode inhibé, ou bien qui nous voient osciller entre passivité et colère, sur le mode paillasson-hérisson.

Il est possible d’être aimé et respecté, tout en disant “non”.

Tout est une question de positionnement et d’attitude.
Refuser calmement et clairement vous gagnera le respect de votre entourage. 
Refuser dans l’agressivité et la confusion vous attirera son mépris ou sa colère.

Osez être vous-même ! Prenez votre place et tenez votre rôle !

Dans mon livre “Affirmez-vous en douceur. Développez votre assertivité pour concilier affirmation de soi et respect d’autrui”, vous trouverez les clés pour comprendre les comportements relationnels, et vous positionner dans un équilibre gagnant-gagnant.

 

Savoir dire “Non”, simplement …

Savoir dire “Non”, simplement …

Dabord savoir qui je suis et quels sont mes besoins

Vous sentez-vous parfois coincé dans des situations, parce que vous n’avez pas su dire non ?

Par exemple, vous voulez refuser une invitation, mais … vous ne savez pas comment faire … vous ne savez pas trop quoi dire, peut-être parce que vous avez peur de blesser les gens, ou peur d’être rejeté ou de perdre un ami, peur d’être à part, de déplaire.

Peut-être aussi que vous avez peur de créer un conflit, de faire mauvaise impression, ou de saboter une cohésion d’équipe… du coup c’est votre sens des responsabilités qui vous joue des tours quand vous voulez dire NON et que vous dites OUI … en vous oubliant…

ou bien alors au contraire, vous refusez brusquement et vous passez pour une personne impolie et brutale.. .

Ou alors vous cherchez des prétextes, des fausses excuses .. une fois, deux fois…. et plus un jour vous mentez vous vous contredisez … bref c’est intenable !

…. quand vous n’osez pas dire NON, et que vous dites OUI  à contre-coeur … vous vous comportez de façon opposée à ce que vous voulez, à ce qui est votre vrai « moi », vous allez contre votre désir, contre vos goûts… et contre vos intérêts parfois…

Cette incapacité à dire « non », tout simplement, naturellement, calmement …ça vous rend malheureux et triste !

Ça vous rend anxieux aussi, vous craignez les situations sociales, vous redoutez d’être dans l’embarras.

A chaque fois que vous n’avez pas su dire « non », que vous n’avez pas posé vos limites, que vous n’avez pas exprimé vos préférences et vos besoins, que vous n’avez pas exprimé vos désirs ou ce qui compte pour vous …

vous vous en voulez .. vous vous sentez maladroit, vous vous accusez de manquer de courage, ou bien vous pensez que les autres profitent de votre gentillesse, qu’ils se moquent de ce que vous ressentez, qu’ils ne s’intéressent pas à vous, vous êtes déçus par les autres.

Vous ressentez une grande frustration.

Vous développez du ressentiment, de l’insatisfaction, de l’irritation, et même de la colère… et si c’est dans le cadre du travail, vous pouvez arriver à croire que vous êtes exploité…

En résumé : vous ne vous aimez pas, ou plus et vous aimez moins les autres aussi.

Ne pas arriver à dire NON, c’est un manque d’affirmation de soi.

A l’inverse, quand on est capable d’un comportement affirmatif ; on exprime ses émotions, ses pensées, ses opinions, ses besoins et on défend ses droits, tout en respectant ceux des autres.

On est dans l’écoute de soi, l’écoute de l’autre et la réciprocité.

Et on le fait de manière directe, honnête et appropriée aux circonstances.

Cela s’apprend, comme toutes les compétences sociales.

Apprendre l’affirmation de soi, aspects et étapes :

D’abord découvrir qui on est : apprendre à bien identifier ses émotions, ses croyances, ses valeurs, ses opinions, ses besoins…. Une bonne connaissance de soi, qui apporte l’estime de soi : quelle est ma valeur ? Qui suis-je vraiment ? Qu’est-ce que je veux ?

Réfléchir sur ses propres droits, et sur le droit des autres en reflet. Reconnaitre ses droits, c’est s’accorder une valeur, là aussi.

Par exemple : le droit au respect de soi, et à sa propre dignité. Le droit de ressentir des émotions et de les exprimer. Le droit d’être fier de soi, le droit au bonheur !

Le droit de dire ce que l’on désire .. ce qui ne veut pas dire que l’on obtiendra forcément ce que l’on désire, on n’est pas dans le droit de se transformer en tyran !

Le droit de dire non sans se sentir coupable ou responsable de l’autre.

Le droit de demander du temps avant de prendre une décision, de prendre du recul et de réfléchir avant d’agir.

Apprendre à communiquer:  S’entrainer pour améliorer les échanges relationnels, de manière respectueuse et réciproque.

Quand vous maitriserez cette façon simple et naturelle d’échanger, vous gagnerez en confiance en vous. Et vous gagnerez en confiance en l’autre.

L’estime de soi, la confiance en soi et l’affirmation de soi, c’est intimement lié.

Cela va aussi avec le respect de soi, de son authenticité, et avec le contrôle de soi, la maitrise de soi.

C’est très important parce que nous vivons en relation, nous vivons dans des groupes sociaux.

Savoir s’affirmer en se respectant, et en respectant l’autre, c’est la compétence la plus utile à notre bien-être et à la construction de relation apaisées, de relation de confiance.

Dans mon livre “Affirmez-vous en douceur”, vous trouverez des pas à pas pour apprendre à dire non, à poser vos limites et à vous affirmer avec tact.