La psychologie positive dans la cour des grands !

Psychologues, économistes et neuroscientifiques travaillent côte à côte sur la «science du bonheur» et ses effets. Des articles sur le bonheur et les émotions sont désormais acceptés dans la prestigieuse revue « Science ».
Et le psychologue Daniel Kahneman a même été couronné par un prix Nobel d’économie !

Un sujet qui s’appuie sur des bases scientifiques

La Psychologie Positive est l’étude de ce qui contribue à l’épanouissement ou au fonctionnement optimal des personnes, des groupes et des organisations. Elle permet donc à chacun d’explorer son potentiel constructif. On l’appelle aussi parfois « la science du bonheur ». L’angle est personnel, interpersonnel et social.
En tant que science, elle fait l’objet d’études constantes, avec des groupes de recherche installés dans des universités prestigieuses, essentiellement aux Etats-Unis. La Harvard Business Review se fait régulièrement l’écho des dernières découvertes.
Les pratiques validées et les modèles théoriques issues de cette recherche sont enseignées à Harvard notamment, où le cours du célèbre professeur de bonheur Tal Ben-Shahar est suivi par 20% des élèves.

Un sujet qui plait et qui permet de résoudre de nombreuses problématiques

Cette discipline est appréciée, car elle s’appuie sur tout ce qui est positif et motivant pour un individu.

Les angles principaux:

  • Motivation et engagement.
  • Créativité et productivité.
  • Résistance au stress, prévention des risques psychosociaux.
  • Etat d’esprit positif et constructif.
  • Relations sociales et communication.

Le bonheur est un excellent moteur

Ce sujet fonctionne extrêmement bien pour :

Les conférences : parce qu’on entraine les spectateurs dans une expérience plaisante et sur des exemples qui les touchent au cœur. Ils sont interpellés sur ce qu’ils ont de meilleur en eux, c’est stimulant et agréable. L’accent sur le positif et sur l’espoir ouvre des perspectives optimistes.

Les ateliers :Les participants sont dans un processus qui affirme leur valeur. Les outils sont immédiatement utilisés, ça marche  et c’est très enthousiasmant. La progression et la découverte renforcent l’estime de soi, et donc la motivation.

L’accompagnement individuel : Espace de  bienveillance et de neutralité, l’accompagnement fait vivre des émotions et des expériences positives. La personne accompagnée sort du ressassement et reprend confiance. Les premiers succès renforcent la dynamique. La mécanique repart !

« Afin de parvenir à l’authentique excellence, il est absolument nécessaire de prendre appui sur ses points forts. Ce sont les capacités qui comptent, et non les incapacités. »

Peter DRUCKER, consultant en management d’entreprise